Compostage

Compostage

Installer son composteurCompost

-> Choisir un endroit mi-ombre, mi-soleil, pas trop loin de la maison pour en faciliter l’accès.

-> Placer le composteur à même le sol, en ayant pris soin de retourner la terre pour favoriser la colonisation du composteur par les micro-organismes.

-> Déposer les premiers déchets de préférence sur une couche de terre ou sur du vieux compost pour favoriser la colonisation par les êtres vivants décomposeurs.

Utiliser comme outils…

Toujours avoir à portée de la main :

  •  Une poubelle ou un seau pour sélectionner les déchets organiques, à la maison,
  • Une fourche pour brasser le compost,
  • Une brouette pour transporter les déchets ou le compost,
  • Une serpe, une hache, une cisaille ou un sécateur pour réduire en petits morceaux les branches ou briser les déchets durs,
  • Un point d’eau (arrosoir, récupérateur d’eau de pluie) pour humidifier le tas si besoin.

Déchets à mettre dans le composteur :

Déchets de cuisine :

  • Épluchures de fruits et légumes,
  • Fruits et légumes gâtés,
  • Fanes de légumes (radis, carottes),
  • Coquilles d’œufs écrasées,
  • Restes de pain, riz, pâtes ou semoule,
  • Croûtes de fromage,
  • Marc de café et filtres en papier, thé en vrac et sachets.

Déchets non-alimentaires de maison :

  • Essuie-tout,
  • Cendres, copeaux et sciures de bois non traités,
  • Petits morceaux de cartons et papier journal non souillés.

Déchets de jardin :

  • Tonte de gazon,
  • Fleurs fanées, mauvaises herbes non germées,
  • Feuilles mortes et fraîches,
  • Tailles de haies broyées.

A éviter de mettre dans le composteur :

  • Les matières grasses ou odorantes : huile, laitages, poisson, viande,
  • Les matières très dures : os, coquillage,
  • Les gros branchages ou les morceaux de contreplaqués, les branchages des résineux,
  • Les magazines et papiers glacés,
  • Les mauvaises herbes avec graines,
  • Les restes de végétaux malades ou traités,
  • Les couches-culottes, litières.

Pour réussir son compost…

La transformation des matières organiques se fait naturellement. Mais pour produire un bon compost, vous devez respecter trois règles simples :

  • Mettre par couches successives les différentes catégories de déchets
  • Aérer les matières,
  • Maintenir une humidité suffisante.

-> Mettre les déchets par couches successives

Pour faire un bon compostage, variez les apports et respecter un équilibre entre différents types de déchets :

  • Les déchets plutôt carbonés /secs ou bruns : tailles, branches broyées, paille, écorces, feuilles mortes, sciure, copeaux, herbes sèches, petits papiers (coupon de caisse), cartons souillés… Seuls, ils se décomposent très lentement.
  • Les déchets humides /azotés ou verts : déchets de cuisine, tontes de gazon, pousses vertes… L’eau qu’ils contiennent est très utile au processus de compostage, mais seuls ils se tassent et s’asphyxient.
  • Les déchets grossiers : tailles et déchets fibreux broyés. L’enchevêtrement de ces matériaux crée des vides dans lesquels l’air peut circuler, ce qui facilite l’aération. Néanmoins, s’ils sont trop nombreux, ils risquent d’assécher les autres déchets en compostage.

Pour réaliser ces mélanges, disposez les déchets en couches minces alternées si possible.

-> Aérer les matières

Au cours du compostage, les micro-organismes ont besoin d’oxygène, ils sont asphyxiés si l’air ne circule pas dans le compost. Cela implique de brasser régulièrement le tas en surface à chaque apport nouveau de matière avec le compost naissant, situé juste en dessous. Le brassage, avec une simple fourche, permet d’aérer le tas et ainsi accélérer la décomposition du compost.

-> Maintenir une humidité suffisante

Le compost doit être humide mais sans excès, comme une éponge essorée.

Trop d’humidité empêche l’aération, freinant le processus de décomposition et dégageant des odeurs désagréables.

Pas assez d’humidité assèche les déchets, tue les micro-organismes et arrête le processus.

Il est facile d’arroser quand le compost est trop sec, c’est plus délicat quand il est trop humide : soit vous l’étalez quelques heures au soleil, soit vous le mélangez avec de la terre sèche ou du compost sec.

La clé de la réussite est de bien surveiller son compost !

Lorsque vous apportez des déchets frais, observez votre compost et constatez s’il y a un excès ou un déficit d’humidité, s’il y a des zones mal décomposées, des odeurs, etc.

A partir de là, vous pourrez plus facilement intervenir !

Wordpress